Serial Négociateur

Apprenez à négocier, rapidement et gratuitement

Négocier le prix de sa voiture d'occasion : mes astuces qui marchent

Négocier le prix de sa voiture d'occasion : mes astuces qui marchent

Acheter une voiture d'occasion, je vous l'accorde, c'est pas un moment facile.

C'est excitant, parce que l'on va avoir une nouvelle voiture, même si elle n'est pas neuve.

Mais ça fait aussi très peur, parce que là encore, elle n'est pas neuve !

Et même si vous allez bichonner votre future auto, elle ne l'a pas forcément été.

Dans cet article, je vais tâcher de vous expliquer comment négocier au mieux le prix de votre voiture d'occasion.

J'en profiterais également, puisque vous êtes là, pour vous donner quelques astuces afin d'éviter les arnaques.

Libre à vous de les lire ou non, et de passer à la suite pour entamer les choses sérieuses : les négociations !

Négocier le prix d'une auto d'occasion, c'est une pratique entrée dans les mœurs.

Je vais peut-être extrapoler un petit peu - je l'assume - mais on peut admettre que tout le monde tente de gratter quelques centaines d'euros sur le prix de son auto.

Et c'est bien normal !

Sauf que si la pratique s'est démocratisée, elle n'en demeure pas moins complexe : les vendeurs sont au courant des petites ruses pour parvenir à ses fins.

Alors, nous devrons ruser et c'est exactement ce sur quoi, je vais vous parler aujourd'hui.

Installez-vous confortablement, prenez un café et notre analyse.

Éviter les arnaques : indispensables

Quand on ne s'y connait pas vraiment en voiture, il est facile de tomber dans un piège.

Le domaine de l'automobile regorge par ailleurs d'arnaqueurs en tout genre, qui cherchent à vous refourguer au prix fort, des voitures rincées et/ou volées.

Face à cela, il ne faut pas prendre peur.

Je vais vous donner des conseils pour justement ne pas tomber dans ces pièges.

Ces conseils sont plus ou moins connus de tous mais il est important de les avoir en tête au moment de chercher, puis d'acheter une voiture.

1. Les trop bonnes affaires

Elles n'existent pas ! Ne tombez pas dans ces pièges. Derrière cette Audi A3 de dernière génération à 4 000 €, se trouve très probablement une arnaque.

Le vendeur aura certainement une bonne explication à vous fournir. Mais rapidement, la situation risque de dégénérer, vous perdrez de l'argent et vous n'aurez pas de voiture.

Ou une voiture volée qui sera saisie par la justice au moment d'établir la carte grise...

2. Les voitures volées

Des particuliers comme des professionnels peu consciencieux cherchent régulièrement à refourguer des voitures volées en les maquillant. Même si la réplique est bonne, vous pouvez parfois déjouer cela.

Vérifiez la conformité du numéro de série de la voiture, entre celui marqué sur la carte grise et ceux placés sur le véhicule en lui-même.

Vérifiez que les numéros de série sont bien présents et n'ont pas été effacés.

Appelez la gendarmerie pour vous assurer que le numéro de série frappé sur le véhicule et présent sur la carte grise n'ait pas été déclaré volé.

3. Les kilométrages trafiqués

Pour revendre au prix fort une voiture d'occasion, particuliers comme professionnels peuvent chercher à descendre le kilométrage d'une voiture. Cette pratique est malheureusement assez répandue, un "professionnel" de gros SUV Hummer pratique même cela en toute quiétude en éditant des factures au nom d'une autre entreprise...

Pour éviter un tel désagrément, consultez l'historique du véhicule, les factures et téléphonez aux garages et concessions qui ont assuré l'entretien afin de vous assurer de la véracité des factures et de la conformité du kilométrage.

Sans facture, il est malheureusement difficile de prouver cela...

4. Les voitures accidentées

Des voitures lourdement accidentées disposent souvent d'une procédure VEI (véhicule économiquement irréparable), ce qui interdit leur remise en circulation sauf frais lourds.

Des professionnels retapent grossièrement ces voitures, parfois, pour les remettre en circulation de manière illégale.

Dans le doute, faîtes inspecter votre future voiture d'occasion par un garagiste, pour qu'il étudie les longerons (barres de renfort) et le châssis afin de déceler un potentiel choc.

5. Les propriétaires à l'étranger

Les arnaqueurs réalisent parfois de fausses annonces avec des prix attrayants.

Cependant, quand vous appellerez ou contacterez le vendeur, il prétendra être à l'étranger. C'est alors son frère, cousin ou ami qui réalisera l'intermédiaire entre vous et lui.

Vous devrez alors payer par un système tel que le Mandat Cash, afin qu'une dépanneuse achemine le véhicule jusqu'à chez vous.

Vous n'aurez jamais le véhicule bien que vous l'aurez payé...

6. Les doublettes

Une voiture A est volée par un homme.

Pour que cette voiture ne soit pas reconnue, il va réaliser de faux papiers et la maquiller en une voiture B, similaire en tout point au véhicule A.

Ainsi, avec les plaques d'immatriculation de la voiture B, la voiture A ne sera pas reconnue comme étant volée.

Il faut alors vérifier la concordance des numéros de série...

7. Le nombre de propriétaires

Une voiture qui a connu 9 propriétaires en cinq ans, c'est étrange.

Elle a peut-être quelque chose à cacher...

Méfiance dans ce cas...

Trouver la bonne voiture d'occasion

Je vous invite à consulter cet article, qui vous aidera à trouver le bon modèle de voiture d'occasion.

Une fois cerné, vous n'aurez plus qu'à aller voir les voitures en question et faire votre choix.

Ne prenez pas la première venue, voyez-en plusieurs et comparez.

Une fois que c'est fait, vous n'avez plus qu'à entamer les négociations.

C'est là que je vais vous donner mes astuces pour négocier au mieux le prix de votre voiture d'occasion. J'imagine que c'est pour cela que vous êtes sur ce blog.

Voir une voiture d'occasion

Ça y est, vous avez trouvé la voiture d'occasion qui vous convient.

Elle est belle, elle a les options que vous souhaitez, une couleur correcte ?

Alors vous n'avez plus qu'à rencontrer cette voiture, et son vendeur.

La première impression est assez souvent la bonne...

Veillez tout d'abord que vous n'ayez pas face à vous un escroc, posez-lui des questions sur le véhicule, regardez les factures d'entretien, vérifiez la concordance des numéros de série entre la voiture et sa carte grise.

Posez-lui des questions, comme sur la dernière révision, le dernier changement de pneus... Ses réponses, plus ou moins complètes ou évasives, vous donneront des indications sur son honnêteté et le soin qu'il a apporté à ce véhicule.

Faites un essai routier, c'est indispensable.

Vous êtes conquis ?

Bon, il n'y a plus qu'une dernière étape.

Et pas des moindres.

Celle de négocier le prix.

Tout le monde négocie le prix d'une voiture, alors pourquoi pas vous ?

Seul ou accompagné ?

Faut-il négocier en étant seul ou accompagné ?

Cela dépend de vous. Si vous vous y connaissez, vous pouvez y aller seul sans problème.

Le cas échéant, vous pouvez vous faire accompagner d'une autre personne ou même d'un professionnel.

Négocier une voiture d'occasion

Pour tirer le meilleur prix de votre voiture d'occasion, il va falloir y aller par étape. Je vais vous les détailler dans ce paragraphe.

Le premier impératif, c'est tout d'abord de bien connaitre le véhicule que vous vous apprêtez à négocier, vous devez savoir ses qualités et ses faiblesses. Pour cela, il n'y a pas de secret, il faut récolter un maximum d'indices. Vous pouvez pour cela observer, toucher, essayer... Et poser des questions au vendeur !

Le second impératif, c'est d'être certain que vous comptez acheter ce véhicule. Parce que négocier pour ensuite annuler, c'est faire perdre son temps au vendeur. Et accessoirement, vous perdrez vous aussi des minutes.

Maintenant, voyons les arguments qui vous permettront de faire baisser le prix de cette voiture qui sera peut-être vôtre sous peu.

1. Les défauts

Une voiture a des qualités. Elle a aussi des défauts. On pourra difficilement reprocher trois coups de portières et un petit poc à une voiture de dix ans.

Mais une voiture de deux ans couverte de rayures n'est pas normale. Comme l'état est inférieur à la "moyenne", demander une remise pour corriger ces défauts (ou pas) est cohérent.

Si les sièges sont déchirés, que le cuir est complètement distendu, il en est de même. Il faut cependant garder à l'esprit la différence entre une usure normale et une usure anormale.

Le but n'est pas d'escroquer le vendeur en le manipulant.

2. Le carnet d'entretien

Si la voiture n'a pas de carnet d'entretien (et donc de factures), alors il est difficile de retrace son historique. En toute logique, sa valeur de revente est inférieure à une voiture dont l'historique serait limpide.

Vous pouvez sans peine le signaler en vendeur, il y a de bonnes chances qu'il concède baisser son prix espéré.

Avec une voiture parfaitement entretenue, il serait incorrect de jouer là-dessus.

3. L'entretien à venir

Les pneus doivent être changés bientôt ? La courroie de distribution devrait déjà être remplacée ? Renseignez-vous sur les préconisations constructeur et jouez là-dessus auprès du vendeur.

Si 1 000 € doivent être investis, alors ils doivent se ressentir - pas forcément en totalité - sur le prix de vente.

Vous pouvez vous fier au contrôle technique, mais attention, ce n'est pas exhaustif !

4. La difficulté de revente

Vous vous apprêtez à acheter une voiture difficile à revendre ?

Alors votre vendeur n'a sûrement pas du recevoir beaucoup d'offres.

Vous pouvez donc lui glisser que vous lui ferez une offre légèrement plus basse que son estimation, car vous avez conscience qu'il s'agit d'une voiture peu recherchée et dont l'offre surplombe la demande.

Faites un parallèle avec le prix de vente des voitures similaires. Cependant : les prix marqués sur les sites de petites annonces ne sont pas les prix de vente, mais les prix souhaités.

5. Fixez votre prix maximal

Établissez un prix au-dessus duquel, vous n'achèterez pas le véhicule.

Cela vous mettra un petit peu de pression.

De bonne pression.

Vous pourrez alors exposer clairement la problématique au vendeur en lui expliquant.

"Votre voiture me semble bien en tout point. Pourrions-nous convenir d'un prix de 4 500 € ? C'est le budget maximal que je me suis fixé et je n'irais pas au-delà."

💡 Petit conseil : ne demandez pas un prix irréaliste. Négocier de 10%, c'est déjà beaucoup. Au-deçà, vous risquez de braquer le vendeur. Privilégiez le compromis win-win.

 


Allez encore plus loin en grattant
des euros sur votre assurance auto

6. Soyez organisé

Exposez un argument et voyez la réponse du vendeur. Examinez les points sur lesquels il est réceptif et ceux qui ne l'atteignent pas.

Ne débitez pas deux arguments à la suite, attendez toujours une réaction, un mot de sa part.

Puis affinez votre stratégie.

S'il met en porte à faux son véhicule avec une phrase du style "c'est vrai que la carrosserie n'est pas en super état", alors il faut rebondir dessus et tenter de négocier.

Voici un exemple.

"C'est vrai que cela m'ennuie un peu, car je cherchais principalement une voiture avec une carrosserie saine. Si vous adaptez votre prix en conséquence, je serai toutefois intéressé, car cette voiture a tout de même des qualités. Peut-on convenir d'une baisse de 300 € ? Cela couvrirait les frais de remise en état."

Ainsi, on constate, on demande et on justifie sa demande.

7. Négocier l'usure anormale

Une voiture dont l'usure est plus prononcée qu'elle ne le devrait peut facilement amener à une négociation.

Un GPS intégré en panne, un ciel de toit qui pend, des vitres électriques cassées sont autant de dépenses auxquelles vous devrez faire face et qui peuvent rapidement le coût total de votre voiture.

N'hésitez donc pas à les relever et à l'expliquer au vendeur.

J'insiste cependant sur le fait de la distinction entre usure normale et anormale.

8. La valeur sentimentale

Une voiture, c'est comme une maison, on s'y attache.

Pour les vendeurs, il y a la valeur sentimentale qui prend souvent le dessus sur la valeur réelle. Ils trouvent leur voiture plus belle que celle du voisin. "Et ça mérite bien un petit surcoût".

Alors que non.

Expliquez à votre vendeur que vous comprenez la valeur sentimentale de la voiture. Mais vous n'acceptez pas, pour autant, de la payer au prix fort.

Et là, vous pouvez citer quelques défauts/manque d'entretien.

9. Le faible kilométrage, cet argument bidon

Quand ils vendent leur voiture, certains propriétaires semblent détenir le Graal quand ils évoquent le faible kilométrage de leur voiture. Ils en sont même très fiers.

Voici ce que vous pouvez répondre.

S'il s'agit d'un diesel, un faible kilométrage est mauvais signe. C'est fait pour rouler ces moteurs-là. S'ils roulent peu et/ou majoritairement en ville, ils s'encrassent, polluent excessivement et sont plus sujets à entrainer des pannes. Un diesel faiblement kilométré n'est pas une bonne affaire, bien au contraire !

D'une manière générale, une voiture est faite pour rouler. Les pneus, par exemple, ne sont pas à changer uniquement quand ils sont au témoin. Ils doivent être remplacés tous les 5 ans au maximum. Les voitures faiblement kilométrées respectent très rarement cela.

De même, les vidanges doivent être réalisées tous les ans. L'huile s'use et perd son efficacité.

Vous l'aurez compris, une voiture peu kilométrée n'est pas un gage de fiabilité ni même d'endurance. C'est même tout l'inverse. Ce sont des voitures qui se sont mal usées et qui ont, par conséquent, été négligées (pas tout le temps, mais très souvent).

Utilisez cet argument si nécessaire, il fera mouche !

10. L'absence de révisions

Pour s'assurer de son bon fonctionnement, une voiture doit être révisée régulièrement.

Si ce n'est pas le cas, vous pouvez demander à faire baisser le prix quelque peu.

11. Le tuning

Non, une voiture modifiée n'apporte pas de plus-value.

En cas d'accident, par exemple, si l'assurance n'a pas été prévenue du tuning, elle ne remboursera pas forcément les différents accessoires.

Un surcoût de 5 à 10% est possible pour une voiture modifiée, mais pas au delà.

Si le véhicule a été reprogrammé, par exemple, il n'est plus autorisé à circuler sur route ouverte sans passage à la DRIRE.

Enfin, si jamais cette voiture venait à subir à un accident important, elle ne serait potentiellement pas remboursée à une valeur supérieure à une voiture non équipée.

Le mot de la fin

Négocier une voiture d'occasion, ce n'est pas si compliqué.

Que vous vous y connaissiez ou non en voiture, ce guide vous permettra d'y voir plus clair et de savoir les arguments que vous pourrez exposer.

Vous pourrez alors les utiliser tous, ou en partie, suivant le contexte, le vendeur et la voiture d'occasion en question.

Pour terminer, ne demandez jamais trop sans quoi vous risquez de braquer le vendeur et de rendre caduques les négociations.

Partager cet article

Commenter cet article