Serial Négociateur

Apprenez à négocier, rapidement et gratuitement

Comment négocier le prix d'un canapé ?

Comment négocier le prix d'un canapé ?

On change plus souvent de chemises que de canapé.

Tout du moins, je l'espère pour vous !

Un peu de sérieux...

Votre vieux canapé fait la tronche et l'heure du remplacement approche.

Vous avez mis un petit budget de côté...

Vous avez trimé pour vous offrir le canapé dont vous avez toujours rêvé.

Seulement voilà, vous vous rendez compte que les prix sont loin d'être aussi accessibles qu'espéré.

Là, vous vous interrogez...

Faut-il repousser l'achat à dans plusieurs mois ?

Mais...

Vous en avez vraiment envie de ce canapé et vous le voulez maintenant !

Ou dans les prochains jours, on se comprend !

La problématique est posé !

Je vais vous expliquer comment négocier le prix d'un canapé neuf.

Et c'est possible !

Nous verrons les astuces qui s'offrent à vous pour obtenir le meilleur prix sur un canapé, qu'il s'agisse d'un banal clic-clac ou d'un beau canapé d'angle en cuir.

Par mon expérience, je vais vous expliquer les astuces qui marchent afin que vous puissiez vous faire plaisir... Sans vous ruiner !

Dans un premier temps, nous verrons les lieux d'achat idéaux pour votre canapé.

Dans un second, les arguments qui font mouche.

Et dans un troisième (et dernier temps), les petits à-côtés que vous pourrez gratter.

Servez-vous un café bien chaud et asseyez-vous une dernière fois dans votre vieux canapé.

Votre nouveau canapé n'attend plus que vous !

(Et votre chéquier)

Où acheter/négocier votre canapé ?

Un canapé neuf peut rapidement tourner aux alentours des 1 000 €, parfois bien plus.

Dans tous les cas, il s'agit d'une dépense assez conséquente.

Et donc, toute remise, ne serait-ce que 5%, représente une somme considérable.

Dès lors, il faut cibler vers de grands groupes, les plus à même d'offrir une ristourne.

Sur ce blog, il n'est pas question de partenariat ou autre, je ne ferai donc pas l'apologie d'un magasin alors que je pourrais en penser le contraire.

Toutefois, je vous recommande les magasins But, Conforama ou encore Maisons du Monde.

Ces magasins franchisés sont particulièrement adaptés à la négociation puisqu'ils disposent d'un réseau, d'un choix de canapés mais aussi de location d'utilitaires.

Sur ce dernier point, on en reparlera plus tard !

À l'inverse, je vous déconseille Ikea ou Alinéa. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il s'agit de grands magasins assurés de vendre leurs produits. Les négociations n'aboutiront donc que très rarement.

Quand ils ont des invendus, cela passe en soldes, point barre.

Maintenant que vous avez cerné les enseignes à privilégier, il n'y a plus qu'à repérer des modèles de canapés qui répondent à vos attentes.

💡 Mon conseil : pour négocier efficacement, il faut laisser le choix à son interlocuteur. Ainsi, ne vous focalisez pas sur un seul modèle de canapé. Deux, c'est bien. Trois, c'est l'idéal. Comme ça, le vendeur pourra vous offrir la meilleure remise possible sur l'un des trois, suivant ce qui l'intéresse également. Le principe même du win-win !

Les arguments qui font mouche

Lorsque vous aurez repéré deux ou trois canapés qui vous plaisent, il va falloir appeler un vendeur pour voir avec lui jusqu'à quel prix vous pourriez descendre.

Thierry Krief appuyait ce point dans ma dernière interview : "la meilleure réponse à une question est une question".

Nous allons donc voir ensemble des arguments que vous pourrez exposer au vendeur, afin de récolter la meilleure ristourne possible !

Juste avant de passer aux arguments développés, je voulais revenir sur les soldes. Obtenir une remise sur un modèle soldé, c'est tout à fait possible ! Tentez !

"J'ai repéré ces trois canapés mais j'hésite. Les trois sont légèrement au dessus de mon budget qui est de XXX €. Pourriez-vous faire un geste sur l'un des trois ?"

Cet argument montre au vendeur que vous lui laissez le choix de décider, vous n'imposez rien et vous vous posez dans un acte d'achat. Ainsi, le vendeur sera plus enclin à faire un geste sur le canapé qu'il arrive le moins à vendre ou bien sur celui où sa marge est la plus forte. Un argument que je vous recommande vivement. Et comme le discours se veut engagé, cet argument peut permettre d'aboutir.

"Je vois que ce modèle appartient à la collection de l'année dernière, pourriez-vous faire un geste ? Si oui, je serais prêt(e) à vous en débarrasser"

La négociation ne s'improvise pas. Une négo' réussie, c'est une négo' documentée. Si vous effectuez des recherches préalables concernant les modèles de canapé qui s'offrent à vous, vous verrez que certains modèles peuvent être assez anciens et que par conséquent, ils devront être remplacés. Négocier sur un modèle de fin de stock est idéal.

"Sur Internet, ce canapé est à XXX €"

NON ! Jamais ! Ce type d'argument, nombreux sont ceux qui le tentent. Sauf que c'est l'effet inverse à celui souhaité qui se produit. Un tel commentaire prend la forme d'un reproche et sous-entend "ton canapé est trop cher". Dès lors, vous fermez la discussion et si vous observez l'attitude de votre interlocuteur, il aura tendance à croiser les bras. On oublie donc cet argument !

 


Négocier le prix d'un ordinateur neuf ?
On se le tente ?

"J'ai vraiment flashé sur ce canapé, c'est un coup de cœur. Mais il sort de mon budget. Que pourriez-vous faire ?"

La corde sentimentale ne marche pas à tous les coups. Avant de sortir cet argument, voyez à qui vous avez en face. S'il s'agit d'une personne froide et dont le métier n'a pas l'air de la passionner, ce n'est pas la peine. Si à l'inverse, votre interlocuteur/trice est aux petits soins, alors vous aurez certainement un peu d'argent à gratter !

"Je souhaiterais un canapé d'angle 3 places en cuir pour XXX €. Qu'auriez-vous à me proposer ?"

Cette forme de négociation inversée est intéressante. Si vous savez pertinemment que le vendeur ne pourra pas répondre à votre demande, il se sentira peut-être obligé de vous accorder une ristourne afin de coller à votre budget. Bien entendu, cela ne pourra pas marcher à tous les coups...

"Je souhaiterais acheter ce modèle de canapé. Chez votre concurrent, il est 20 € plus cher mais j'ai pu négocier une remise. Quel serait votre dernier prix ?"

Le sujet de la concurrence est toujours sensible. Attention toutefois : vos informations doivent être véridiques car de nombreux magasins échangent entre eux. L'argument peut aider car "piquer" une vente au concurrent, c'est toujours tentant. Enfin, je vous conseille de ne pas utiliser de suite cet argument.

Que négocier en plus de votre canapé ?

La négociation peut même aller plus loin.

En effet, si vous avez porté votre dévolu sur un canapé de la nouvelle collection et qui plus est un best-seller, alors vos chances de négocier sont minces.

Très minces.

En revanche, il est possible de négocier des extras !

Généralement, cela passe même plutôt bien !

Cela peut-être un pouf, un fauteuil, en fonction du prix du canapé ou encore une table basse.

Mais le plus intéressant, c'est encore de partir sur la location d'une camionnette pour transporter votre canapé fraichement négocié.

Par expérience, il est même possible de vous faire offrir deux heures de transport sans trop de difficultés. Les économies peuvent ainsi atteindre près de 100 € suivant les enseignes.

Le mot de la fin

Négocier le prix d'un canapé est tout à fait possible et ne vous demandera pas autant d'effort qu'avec votre banquier !

Soyez attentifs aux collections du moment et misez sur les modèles de l'an passé. C'est sur ces derniers que vous pourrez négocier les meilleures ristournes.

Il y a une question à laquelle je n'ai pas répondu.

C'est : "combien négocier ?"

La réponse est : le maximum que vous pourrez.

En la matière, il n'y a pas de règle. Tout dépend du moment présent, des stocks du magasin et des marges des vendeurs.

5%, c'est très simple à obtenir. 10%, cela se tente et les plus audacieux pourront tutoyer les 20%.

Si c'est un modèle soldé, 5% de remise en plus, c'est largement jouable également, voire même davantage.

Soyez convaincants et vous aurez votre canapé bien plus vite que prévu !

Partager cet article

Commenter cet article